Le Covid , la presse et le ‘great reset’

Cher ami,

Une réaction très vite avant lecture de tes envois : sur le fait que des mouvements antivax soient manipulés, je suis prêt à le croire. C’est même une chose à imaginer en dehors de toute preuve. On pourrait le dire aussi de Greenpeace : mais cela ne prouve pas l’innocuité des retombées nucléaires. C’est sans doute vrai de L614, mais cela ne prouve pas que les abattoirs travaillent bien.

La question générale est : que croire et qui croire en une époque de manipulation générale de l’opinion par des intérêts privés munis de moyens supérieurs à ceux des états.

Pour un second point, plus spécifique : pour moi, on ne peut pas citer ‘Libération’ comme une source fiable. C’est le type même de média pour lesquels j’ai un mépris de principe insurmontable. De façon générale, dans une époque où des médias sont interdits, il devient impossible de croire ceux qui restent autorisés. Et ‘Libé’ n’est pas seulement ‘autorisé’ : avec ‘Libé’, ‘Le Monde’, ‘L’obs’ et tutti quanti, il s’agit tout de même d’une presse subventionnée par l’État et qui propage systématiquement les thèses qui arrangent un gouvernement lui-même composé de personnages vendus à des intérêts privés trans-nationaux ! Pour moi c’est poubelle.

Quand tu dis que ‘Libé’ n’est pas au service de Pfizer, je me demande comment tu peux en être sûr. D’une certaine façon, je suis persuadé du contraire, même s’il n’y a pas dans ce cas de financement direct ! ‘Pfizer’ est une compagnie multi-condamnée, en particulier pour des faits de corruption, et dont le modèle financier est fondé sur la corruption ! Les montants versés pour influence sont connus puisqu’ils sont cités dans les jugements ou les documents fiscaux, et ce qui ne l’est pas c’est où ils sont versés, mais c’est justement en écoutant ce qui se dit dans les médias qu’on peut en avoir une idée ! Mon principe personnel est donc, lorsque j’entends un média faire la promotion d’un produit par ailleurs rendu obligatoire par l’État, de supposer que ce n’est pas gratuitement !

Cette situation n’a rien de nouveau ni d’original. Il n’y a pas de presse libre et indépendante, et il n’y en a jamais eu. En Europe en particulier, la CIA traditionnellement, et pour le coup c’est historiquement démontré, a toujours eu une branche ‘culturelle’ et a animé la vie intellectuelle européenne en créant des organes de presse ‘maison’ et en achetant des intellectuels de haut vol pendant la ‘guerre froide’. Disposant de sommes énormes, la CIA applique un principe simple : récompenser, même sans qu’il le sache, tout acteur qui dit du bien de notre politique et du mal de nos ennemis. Sur ce sujet, lire le livre classique de Frances Saunders ‘Who pays the Piper ?’ qui raconte l’aventure haute en couleur de la revue ‘Encounters’, organe à peine occulte de la CIA dans les années 50-60. Un homme comme Raymond Aron, si intelligent, et dont les analyses sont si pertinentes, s’est trouvé, entre autres, mêlé à de pures opérations de manipulation de la CIA sans vraiment s’en rendre compte, exactement comme de l’autre côté nombre d’intellectuels de gauche étaient manipulés par le Kremlin.

De nos jours des groupes comme la fondation Gates, ou Soros, Bildenberg, Schwab, ont pris le relais, et ne se cachent pas d’être avant tout des animateurs du débat intellectuel. Ceci n’est pas du complotisme. Or ils rencontrent, du côté des industriels du médicament, comme de ceux des semences, de la distribution d’eau, de la construction d’éoliennes ou de l’informatique un projet industriel global rendu obligatoire par les états. C’est le sens du ‘pass vaccinal’ : avant tout un projet massif d’équipement en systèmes de contrôle des populations. Le schéma est toujours le même : remplacer la séduction du client par de la vente forcée, ne passant pas forcément par la commande d’État, sous prétexte d’intérêt général. La construction des éoliennes, spectaculairement, relève de ce schéma, et aussi tous les coûteux dispositifs anti-covid.

En matière de santé, c’est le même schéma qui s’applique avec le plan démentiel de vaccination générale obligatoire et quadri-annuelle contre le COVID. Il s’agit de sécuriser les ventes par substitution de la décision d’achat ponctuelle par un abonnement permanent. C’est le programme de Swab : ‘vous ne posséderez rien et vous serez heureux’, qui n’est que l’extension du modèle commercial de Microsoft, Apple, Netflix, qui tente désormais jusqu’aux constructeurs automobiles.

En matière de santé, ce modèle signifie qu’il faut que chacun se considère comme malade en permanence et, et idéalement, devienne dépendant d’une médication régulière.

Cela a déjà donné le scandale des opioïdes, et cela donne ce qui commence à sortir en ce moment avec les groupes LGBT qui promeuvent la trans-sexualité pour multiplier les individus dépendants à vie des hormones. Voir à ce sujet le livre récent de Caroline Eliatcheff : ‘La fabrique des trans’.

Par rapport à cela, il me semble que la promotion de la vitamine C est de la petite bière car la vitamine C, que je sache, ne nuit pas à la santé et n’est pas addictive. Si tu as sans doute raison de détecter des manœuvres de persuasion dolosive dans ce cas, il ne faudrait pas que l’arbre cache la forêt ! Le système dont tu admets l’existence dans ce cas minuscule est énorme et gravement pernicieux. Si tu tiens le bout du fil, tu peux sans doute dévider la pelote !