Covid et principe de précaution

Frédérique me signale que l’application du prétendu « principe de précaution », qui , pour la même raison que la « défense de l’environnement », m’a toujours semblé être une escroquerie intellectuelle dans le cadre d’une civilisation du profit et de l’exploitation de l’homme par l’homme, a été examinée dans ses rapports avec les événements du Covid :

https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/09/30/vaccination-obligatoire-contre-le-covid-et-principe-de-precaution-une-longue-facherie/

L’article est intéressant, et je m’en distinguerai sur un point secondaire : alors qu’il fait à très juste titre le rapprochement avec la guerre de 14-18, dans laquelle les bourgeoisies européennes ont envoyé leurs jeunesses au massacre pour -croyaient-elles- protéger un statu quo qui leur profitait, il risque l’évaluation suivante : ‘même aux heures les plus sombres de notre époque, jamais la haine et le simplisme, et encore moins l’insouciance pour la vie humaine, n’ont atteint ce niveau.’

Il est clair que cette formule va contre la démonstration de l’article. Car du point de vue de la lutte contre la vérité, qui, on le sait, est la première victime de toutes les guerres, la guerre contre le Covid déclarée par Macron n’a fait que rejoindre les outrances de la propagande de guerre entre 1914 et 1918.

Les analogies sautent d’ailleurs immédiatement à l’esprit, et en particulier l’affirmation selon laquelle « le vaccin est efficace et suffisamment éprouvé » répond précisément à ce que l’on trouvait dans les journaux français en 1914 : « les balles allemandes sont de mauvaise qualité et ne tuent pas ».

Authentique !