Peter Hitchens, dans The critic, sur le masque

Democracy muzzled

Covid masks are a potent symbol of the West’s headlong flight from Enlightenment values

By Peter Hitchens

thecritic.co.uk

October 2020

The long retreat of law, reason and freedom has now turned into a rout. It was caused by many things: the mob hysteria which flowered after the death of Princess Diana; the evisceration of education; the spread of intolerant speech codes designed to impose a single opinion on the academy and journalism; the incessant state-sponsored panics over terror; the collapse and decay of institutions and traditions.

These have all at last flowed together into a single force, and we seem powerless against it. Absurdly, the moment at which they have achieved maximum power is accidental, a wild, out of-proportion panic response to a real but limited epidemic.

Outside total war and its obscenities, we have not seen what we are living through now. To list the constitutional events of the last few months is to ask the complacent chattering classes of Britain what it reminds them of: the neutering of parliament into a rubber stamp controlled by the executive; the death of political pluralism; the introduction of government by decree; the disappearance of the last traces of an independent civil service; the silence in the face of these events of media and courts; the subjection of the police to state edicts rather than to law.

Then those who have for years objected to campus censorship but are oddly silent now should surely list certain consequences for individual citizens: the cancellation of their unconditional freedom of movement; effective house arrest; arbitrary punishment; forced unemployment; restrictions in internal travel; disruption of family life including compelled separation of living spouses at the ends of their lives, and bans on attending funerals; the abolition of the freedom of assembly.

Add to these a gap in the life of civil society so long that every remaining independent institution and corporation has been permanently wounded, and the habits of a free country have been forgotten and atrophied. Add also the compulsory cessation of religious worship, the actual cancellation of Easter, the greatest and most subversive of all the Christian festivals; the prevention or severe punishment of gatherings of all kinds (except those approved of selectively by the authorities) and the suppression of education; the introduction of compelled speech, through the forced wearing of face coverings which publicly signal both surrender to the state and acceptance of the utopian, unscientific policy which guides that state.

I have been in some trouble for supposedly making too much of the last of these. Perhaps because I have spent so much time living or travelling in despotisms, I understand the point and nature of mass propaganda better than those who have not. It is not there to make you agree with it. It is there to tell you that you are powerless against it, and must listen without protest to official lying.

It is increasingly a disadvantage in any debate to know anything about the subject under discussion. This obvious aspect of the facemask decrees has so far eluded those who have only just begun to live as citizens of a servile state. Yet I remain amazed that so many either cannot see, or pretend not to see the enormous symbolism of a population compelled by fear of the state to sacrifice much of their individuality, and to adopt a form of dress which is associated with submission. I sometimes wonder where all the amateur Freudians are, normally so ready to offer me analysis of my failings, at moments such as this. A cigar is sometimes merely a cigar, but a mask is seldom just a mask.

The government itself, when it was still being honest, repeatedly and explicitly admitted in its own documents that these face coverings were of little practical use: the sacred science was then against them. It said in a document published on 23 June that “the evidence of the benefit of using a face covering to protect others is weak and the effect is likely to be small” (and no experiment since then has altered this).

In any case they were introduced long after the disease had done its worst. If these admittedly futile things were party armbands or lapel badges, or the little red flags which citizens of Warsaw Pact countries were once compelled to fly from their crumbling balconies on communist feast-days, their purpose would be more obvious.

But even those nasty totalitarian obligations lacked one important thing which the wearing of face coverings does require. The Covid Muzzle demands an extraordinary act of personal self-cancellation. At a recent anti-lockdown demonstration in Melbourne, police were observed forcibly placing these muzzles on the faces of arrested protesters already in handcuffs and powerless to resist. The officers involved, many of them in heavy body armour, unwittingly illustrated their real purpose — to turn us into mouthless, voiceless servants of power. It is fascinating also to look back at the first pictures of prisoners arriving in Guantanamo, chained and humiliated in orange jumpsuits. They too are wearing the little blue muzzles over their mouths which, 20 years later, are now worn by normal citizens everywhere. Surely nobody can argue that this extra piece of subjugation and belittling was a health precaution.

No doubt this self-abnegation and self-cancelling appeals to some. Look and you will see that some wear them with a sort of pride. But most look baffled and captive, as if they are peering out through a slot in a wall behind which they have found themselves trapped. And the constant sight — on streets, in stations, in shops and on TV — of thousands of others, likewise suppressed, maintains the fear, alarm and panic which the government must now preserve for the foreseeable future.

Those who think this is scaremongering need to read an astonishing document still far too little known to the general public. It is a paper submitted to the government’s own SAGE committee on 22 March 2020, and it has the heading “Persuasion”. The key segment reads:

Perceived threat: A substantial number of people still do not feel sufficiently personally threatened; it could be that they are reassured by the low death rate in their demographic group, although levels of concern may be rising. Having a good understanding of the risk has been found to be positively associated with adoption of Covid-19 social distancing measures in Hong Kong. The perceived level of personal threat needs to be increased among those who are complacent [my emphasis], using hard-hitting emotional messaging. To be effective this must also empower people by making clear the actions they can take to reduce the threat.

Documents of this kind are not supposed to get out. In better times than these, with active and critical media, this particular passage — with its clear implication that it was the task of the state to scare us into compliance — might have led to the fall of the government. As it is, you will struggle to find mentions of it in the British national press. They are there, but they are hard to find and not on any daily front pages. This is not because of censorship or because of any kind of collective action.

It is because most people, having lived all their lives in relaxed freedom, are quite unable to believe what is in front of their eyes. It is a Chestertonian paradox which Chesterton himself never wrote: a government changing the nature of the state successfully and without opposition because nobody can believe what they are seeing, and so everybody politely ignores it.

This could not have happened, in my view, 60 years ago. Rigorous education, especially of the elite, had at that time created a significant class of people who knew how to think, and how to assess evidence. There would always have been someone, whether it was a Tam Dalyell or a Churchill, to point out the true direction of events and warn against them, prominently. Much of the press would have given this dissent house room, rather than obediently conforming (in order to #ProtectOurNHS). But in the intervening years such rigorous schooling has been replaced by an egalitarian education system which teaches its students what to think, not how to think. Criticism of the past is obligatory, but any cold-eyed assessment of the present — in which new ideas benevolently rule — is disliked and ignored.

As well as this, there have been the various spasms of panic and emotion which convulsed the country after the Cold War ended. These were profound attacks on reason. They were also attacks on limited government and the rule of law, which rest largely on the power of reason. Most people quite like being afraid of something, and many dislike freedom and the responsibility that comes with it. The honest among us all admit it.

Once, before Charles Darwin, Ypres and the Somme, the Christian religion answered those needs. The Fear of the Lord was the Beginning of Wisdom, and the devoted service of Christ was perfect freedom. Faith offered eternal life and helped people to accept temporal death as normal. This belief helped to sustain earthly liberty because, as Edmund Burke pointed out, the man who truly fears God will fear nothing else. No despot can get very far if there are such men around in any number.

But fewer and fewer believed that, and the need for something to replace it had a lot to do with the rise of authoritarian movements all over an increasingly secularised Europe in the 1930s. After the cynicism and the acceptance that ends justify means promoted by World War Two, secularism grew still more.

But for 50 years the Soviet and nuclear threat provided a substitute — an Armageddon to fear, and a reason to rally round the state in the free countries of the West. It provided an unexpected bonus, which protected us all though we did not realise it at the time. Since the USSR was the arsenal of repression, political liberty in the Western lands was under special protection as long as the Kremlin was our enemy. Freedom was, supposedly, what we fought and stood for. Governments claiming to be guarding us from Soviet tyranny could not go very far in limiting liberty on their own territory, however much they may have wanted to.

That protection ended when the Berlin Wall fell. In the same extraordinary moment, the collapse of Russian communism liberated revolutionary radicals across the Western world. The ghastly, failed Brezhnev state could not be hung round their necks like a putrid albatross any more. They were no longer considered as potential traitors simply because they were on the left. Eric Hobsbawm, and those like him, could at last join the establishment. Indeed, fortresses of the establishment such as the BBC now welcomed political as well as cultural leftists onto their upper decks.

Antonio Gramsci’s rethinking of the revolution — seize the university, the school, the TV station, the newspaper, the church, the theatre, rather than the barracks, the railway station and the post office — could at last get under way. At that moment, the long march of 1960s leftists through the institutions began to reach its objective, as they moved into the important jobs for the first time. And so one of the main protections of liberty and reason vanished, exactly when it was most needed.

The BBC’s simpering coverage of the Blair regime’s arrival in Downing Street, with its North-Korean-style fake crowd waving Union Jacks they despised, and new dawn atmosphere was not as ridiculous as it looked. May 1997 truly was a regime change. Illiberal utopians really were increasingly in charge, and the Cultural Revolution at last had political muscle.

Then came the new enemy, the shapeless ever-shifting menace of terrorism, against which almost any means were justified. To combat this, we willingly gave up Habeas Corpus and the real presumption of innocence, and allowed ourselves to be treated as if we were newly-convicted prisoners every time we passed through an airport.

Those who think the era of the face-mask will soon be over might like to recall that the irrational precautions of airport “security” (almost wholly futile once the simple precaution of refusing to open the door to the flight deck has been introduced) have not only remained in place since September 2001: they have been intensified. Yet, by and large, they are almost popular. Those who mutter against them, as I sometimes do, face stern lectures from our fellow-citizens implying that we are irresponsible and heedless.

Now a new fear, even more shapeless, invisible, perpetual (and hard to defeat — how can you ever eliminate a virus?) than al-Qaeda or Isis, has arrived in our midst. There is almost no bad action it cannot be used to excuse, including the strangling of an already shaky economy for which those eccentric or lucky enough to still be working will pay for decades. Millions have greeted this new peril as an excuse to abandon a liberty they did not really care much about anyway.

As a nation, we now produce more fear than we can consume locally, hiding in our homes as civil society evaporates. We queue up happily to hand in our freedom and to collect our muzzles and our digital IDs. And those of us who cry out, until we are hoarse, to say that this is a catastrophe, are met with shrugs from the chattering classes, and snarls of “just put on the frigging mask” from the mob. If I hadn’t despaired long ago, I would be despairing now.

L’Etat profond, par Caroline Galacteros, Front Populaire

L’État profond mène une diplomatie parallèle

GeopragmaDiplomatie, Etats-Unis, France, Souverainetédiplomatie, Etat profond, États-Unis, France, souveraineté

Article de Caroline Galactéros* paru dans Front Populaire le 15/09/2020.

Depuis des années, la diplomatie française a été désarmée par l’administration profonde du pays, qui musèle les gouvernants et tient les rênes de notre politique étrangère. Le programme de ces hauts fonctionnaires indéboulonnables est clair : s’aligner sur la diplomatie américaine, faire le jeu de l’Union européenne et enlever à la France tout ce qui lui reste de souveraineté.


Qu’est-ce que l’État profond (deep state en anglais) ? À quoi, à qui sert-il  ? Ne s’agit-il pas du mythe entretenu d’une permanence régalienne transcendant les aléas politiques au profit de la solidité institutionnelle ? Ou plutôt de l’avatar fantasmé d’un complotisme rabougri ? S’il existe bel et bien, est-ce partout dans le monde ou juste en Occident ? Quel est son rapport à la démocratie, à la dictature, à la souveraineté, à la nation, au peuple ?

L’expression est à la fois inquiétante et attirante, nimbée d’une aura mystérieuse d’influences et de nuisances. Dans son acception la plus commune, l’État profond renvoie au territoire secret des initiés du « vrai pouvoir », celui du temps long où une « vision » structurée et portant l’intérêt national supérieur d’une nation est mise en œuvre par-delà l’immédiateté des injonctions médiatiques, les intérêts politiques personnels ou corporatistes et les humeurs instables des peuples. L’État profond serait le sanctuaire immatériel et concret mais surtout résilient de l’essence du politique. Il la préserverait de la démagogie électoraliste et de l’air corrosif du temps ; un saint des saints pour la souveraineté populaire et nationale protégée par une armée des ombres vouée à défaire les maléfices du temps court et la tyrannie de la transparence. L’État profond serait en somme l’envers vertueux de l’État « officiel », porteur incorruptible de son « sens » au profit ultime du peuple et de la démocratie.

L’ÉTAT PROFOND CONTRE L’ÉTAT

C’est beau comme l’Antique…, mais c’est une légende. Ce fut peut-être (un peu) le cas de l’État profond des origines, né en Turquie sous le nom de derin devlet. Ce maillage secret reliant milieux économiques, caste militaire et appareil de renseignement constitua longtemps le bras armé de l’élite militaro-laïque post-ottomane vouée à la protection de l’État kémaliste contre une société turque restée profondément pieuse. Il s’agissait d’empêcher le basculement politique de la jeune démocratie turque dans un islamisme qui aurait hypothéqué sa modernisation. C’était il y a longtemps… Depuis son arrivée au gouvernement en 2003 et plus ouvertement grâce au « coup d’État manqué » de juillet 2016, Recep Tayipp Erdogan s’emploie à détruire ces réseaux laïcs protecteurs et à consolider l’emprise d’un islamisme politique assumé qui fait chanter l’Europe et l’OTAN en toute impunité. On peut donc casser le deep state, même quand il est utile. Mais il faut s’appeler Erdogan.

L’État profond est-il dangereux pour la démocratie ? Oui. Mais la dérive ne prend pas sa source dans l’opposition entre l’« ouvert » et le « fermé », le transparent et l’opaque. Tout État a légitimement besoin de secrets pour persister dans l’être et contrer les attaques de toute nature qu’il subit en permanence. La dérive réside dans la fonction tenue par ces structures profondes, qui n’est pas protectrice mais prédatrice des intérêts nationaux. Aujourd’hui, en France ou aux États-Unis, pour ne prendre que ces exemples, les ramifications de l’État profond agissent non plus pour, mais contre l’État, contre la nation et pire encore, contre le peuple. Elles sont comme des bernard-l’ermite qui pénètrent une coquille inerte, l’investissent et se déplacent à loisir sans se montrer. Elles consolident en sous-main la privatisation progressive des appareils d’État au service d’autres agendas, personnels, corporatistes mais aussi étrangers.

Prendre le contrôle de la politique étrangère et de la défense d’un État, le faire renoncer à définir et défendre sa souveraineté, ses intérêts et ses principes reste un must pour l’État profond. Cette captation se fait évidemment au nom de la raison, de la mesure et du progrès, et, pour détruire toute suspicion, toute critique et plus encore toute enquête sur ces « mafias institutionnelles » aux ramifications internationales, ses relais, notamment médiatiques, évoquent volontiers la théorie du complot. L’État profond n’existe pas. C’est une lubie complotiste. Circulez, il n’y a rien à voir !

Pourtant, l’État profond est tout sauf un mythe. Pour le général américain Westley Clark – ancien commandant de la campagne de l’OTAN contre la Serbie en 1999, soudainement déniaisé en 2001 lorsqu’il découvrit un document du secrétaire d’État à la défense Donald Rumsfeld prévoyant la déstabilisation et la destruction de sept pays en cinq ans (Irak, Syrie, Liban, Libye, Somalie, Soudan et enfin Iran) – c’est un « supramonde » qui agit non pas pour, mais contre l’État officiel, en se servant de ses rouages humains et institutionnels par l’activation de « pions » placés au cœur des gouvernements, des bureaucraties, des institutions, des médias, du monde politique et des affaires, des appareils judiciaire, militaire et de renseignement. Le deep state, ce sont aussi parfois des liens plus inavouables entre milieux politiques ou d’affaires et organisations mafieuses (cf. l’assassinat du président Kennedy). Ces dernières choisissent des politiciens ordinaires ayant des « cadavres dans le placard » ou une ambition dévorante, les mettent sur orbite politique, font leur carrière, comme celle du sénateur John McCain, construite sur l’imposture de son supposé héroïsme au Vietnam, et « tiennent » ces marionnettes qui favoriseront toujours leurs intérêts et leurs « options » pour que jamais on ne découvre leurs turpitudes ou leurs mensonges.

L’ÉTAT PROFOND AMÉRICAIN

Comme en bien d’autres domaines, l’Amérique offre l’archétype de l’État profond. Cela ne date pas d’hier. On se souvient que dans son discours d’adieu de janvier 1961, le président Eisenhower avait déjà mis en garde contre la puissance prédatrice du « complexe militaro-industriel » américain (CMI) et son infiltration dans les rouages de l’État. Le CMI est l’ancêtre du deep state. Mais depuis 2016, c’est le sort politique du président Donald Trump qui incarne magistralement la puissance et l’étendue des réseaux du deep state américain, contre le verdict des urnes ayant porté à la présidence un homme à la fortune faite, donc peu maniable par les faiseurs de rois néoconservateurs qui avaient décidé qu’Hillary Clinton servirait docilement leur agenda belliciste. Que l’on songe à l’ahurissante vindicte dont il fait l’objet depuis sa victoire, aux forces qui se sont conjuguées pour le diaboliser et l’empêcher d’agir, mais aussi pour intimider, décrédibiliser et provoquer le remplacement de tous les hommes qu’il avait choisis, par des boutefeux « neocons » (Bolton, Mattis, Pompeo, etc.) qui ont failli provoquer une guerre avec l’Iran et n’y ont pas renoncé. Sa présidence aura été sapée de bout en bout, depuis un « Russiagate » grand-guignolesque jusqu’au lancement spécieux d’une procédure d’impeachment. Tout cela pour lui faire courber l’échine.

Quels que soient les défauts ou les limites du président Trump, l’État profond joue depuis quatre ans contre la volonté populaire et les intérêts supérieurs de la nation américaine. Triste victoire posthume pour le président Eisenhower que ce successeur dézingué du matin au soir à la face du monde et des ennemis de l’Amérique, accusé d’être stupide, fou et traître à sa patrie. Quant aux grands médias américains, fourvoyés avec jubilation dans cette indécente curée, ils se sont durablement décrédibilisés. In fine, que l’on aime ou pas les États-Unis, c’est la puissance de tête de l’Occident qui en aura pâti.

Il faut dire qu’il avait lourdement péché en voulant se rapprocher de la Russie  ! Pragmatique, il avait compris que dans le nouveau duel USA-Chine, Moscou était une force de bascule qu’il fallait arracher aux griffes chinoises. Il voulait aussi en finir avec l’interventionnisme priapique du Pentagone et « ramener les boys » à la maison. Surtout, outrage impardonnable, dès avant son entrée en fonction, il avait mis en doute la véracité des briefings de renseignement qui lui étaient communiqués pour lui laver le cerveau. Bref, son programme était une provocation pour les néoconservateurs qui ont infiltré depuis vingt-cinq ans les partis démocrate et républicain. Un Président « imprévisible » répétait-on  ; incontrôlable surtout.

Car l’une des caractéristiques de l’État profond est qu’il transcende les clivages partisans. Aux USA, ses figures sont aux commandes quelle que soit la couleur de l’administration. John Bolton, Dick Cheney, Paul Wolfowitz, Donald Rumsfeld, le vieux Zbigniew Brzezinski, le général Mattis et aujourd’hui Mike Pompeo – pour ne prendre que les têtes d’affiche –, en poste ou en backstage, sont à la manœuvre avec un agenda inchangé depuis la guerre froide  : contrer la Russie et son influence renaissante au Moyen-Orient et en Afrique, grignoter ses derniers alliés (Serbie, Monténégro, Biélorussie, Géorgie et naturellement l’Ukraine), soumettre l’Iran et ses affidés, aider Israël et soutenir la Turquie, puissance majeure du flanc sud de l’OTAN contre l’Europe. Une Europe qu’il ne s’agit pas de protéger mais d’affaiblir pour pérenniser l’emprise de l’OTAN comme structure centrale de la sécurité européenne, étendre sa zone géographique d’intervention légitime, vendre toujours plus d’armes aux vassaux européens de l’Alliance, renforcer les divisions entre la vieille et la jeune Europe, mais aussi entre la Contrôle et l’contrôle, pour prendre la place de Moscou comme premier fournisseur de gaz et de pétrole sur le Vieux Continent (cf. North Stream 2). Que l’administration soit républicaine ou démocrate, les objectifs et les moteurs de la puissance américaine ne bougent pas d’un iota  : déstabilisation des grands États laïcs du Moyen-Orient, mise en place d’hommes lige et de régimes aux ordres, salves de sanctions et « terrorisme extraterritorial » au nom de la lutte contre la corruption, dépeçage industriel et technologique des joyaux européens… L’Amérique vit depuis toujours de, pour et par la guerre et sur l’imposture d’une « nation indispensable » à la sécurité du monde. Elle doit donc en permanence déstabiliser pour justifier son intervention, puis reconstruire les champs de ruines méthodiquement entretenus. La paix ne l’intéresse pas. La démocratie non plus, sauf pour sa fonction instrumentale et « narrative ».

L’ÉTAT PROFOND CONTRÔLE LA DIPLOMATIE FRANÇAISE

Le cas français est lui aussi malheureusement éloquent. Car si Donald Trump a été depuis quatre ans le « prisonnier de la Maison Blanche », Emmanuel Macron est clairement celui de l’Élysée. Je ne veux pas accabler ici ses deux prédécesseurs qui ont enfermé notre diplomatie dans une impasse stratégique gravissime. Notre retour servile dans les structures militaires intégrées de l’OTAN, notre suivisme pavlovien sur les dossiers ukrainien, libyen, syrien, notre « diplomatie économique » qui nous a vendus aux monarchies du Golfe pour un plat de lentilles, tout cela est suicidaire et, à moins d’une rupture franche, presque irrattrapable. Cela n’a fait qu’accélérer la déstabilisation culturelle et sécuritaire de notre pays et son expulsion des affaires du monde.

Quoi qu’il en soit, pas plus que Trump, notre Président actuel ne peut se rapprocher véritablement de Moscou et bousculer enfin les lignes de fracture anachroniques du monde. On ne le laisse(ra) pas faire. Trop d’argent, trop d’intérêts, trop de postes en jeu. Il peut bien aligner les déclarations, les discours, recevoir Vladimir Poutine à Brégançon, partir à Moscou… Tant qu’il n’osera pas couper la tête de l’hydre atlantiste et sortir la France de l’OTAN, toutes ses micro-initiatives tomberont dans le vide. Gone with the wind. La guerre froide n’a jamais cessé. Washington ordonne de traiter la Russie contemporaine comme l’URSS d’antan. La France n’a qu’à obéir. Notre diplomatie sans allonge ni portée, (des)servie par neuf ministres des Affaires étrangères en dix-huit ans, est menée depuis 2005 par des hommes ne faisant pas autorité dans leur domaine et n’en ayant pas non plus. Elle est menottée par ses servitudes et par un corpus de dogmes et de tabous qui diabolisent comme « rétrograde » et – injure suprême – comme « souverainiste » toute réflexion stratégique ou diplomatique singulière partant de l’évaluation de nos intérêts nationaux propres. Cette faiblesse diplomatique a considérablement affaibli l’exécutif et renforcé l’emprise du deep state sur la décision diplomatico-militaire. L’État profond français, en écho docile à son donneur d’ordres d’outre-Atlantique, a pour « objectif final recherché », selon la terminologie militaire, le maintien de l’inertie de notre politique étrangère et la poursuite de guerres sanglantes et inutiles. Les conflits actuels sont les manifestations les plus éclatantes de cette embolie diplomatique qui nous met, bien plus que l’OTAN à vrai dire, en état de « mort cérébrale » stratégique.

Dans une inversion tragique, c’est le conformisme de pensée qui signe l’influence de l’État profond au cœur de l’appareil d’État français, confortée par la lente infiltration des utopies mondialistes, antinationales et ultralibérales qui ont favorisé une porosité mentale et culturelle au « narratif » atlantiste. Ses « agents » sont parfois corrompus mais le plus souvent convaincus. Leur esprit de renoncement est porté par un climat intellectuel et politique avachi. Notre diplomatie est sclérosée, tétanisée, impotente et surtout fataliste. La conjuration secrète des néoconservateurs pro-américains veille depuis l’intérieur du Quai d’Orsay, du ministère des Armées et de celui des Finances, à ce que la politique étrangère française ne s’autonomise pas. Son agenda clair irrigue des couches de responsables administratifs, diplomatiques, militaires, économiques, culturels et médiatiques et oriente véritablement l’action gouvernementale et administrative, engluant littéralement toute ambition de penser et d’agir autrement. Le pouvoir politique, quant à lui, tout entier dédié à des préoccupations électoralistes, ne veut ni ne sait plus décider. Il écoute les « experts » et pratique fébrilement le principe de précaution et l’ouverture de parapluie.

LES OBJECTIFS DE L’ÉTAT PROFOND

Quel est cet agenda ? C’est tout simple : l’obéissance aux oukases américains. Dans tous les domaines. L’aboulie de la France sur la scène du monde, portée par une vision du monde myope et un entêtement dans des impasses diplomatiques manifestes. C’est l’agenda du Maître, celui d’une sujétion mentale, normative, économique et bien sûr stratégique, celui de l’affaiblissement nécessaire de l’Europe qui ne doit à aucun prix grandir et s’affranchir de sa tutelle de grande handicapée stratégique et rester confite dans un atlantisme paralysant. C’est celui de la fin des États et des peuples européens qui doivent devenir des territoires traversés de flux de populations les plus décérébrées et interchangeables possible, sommées d’oublier leur histoire, de dépenser leur argent, de se laisser dominer gentiment en se croyant ainsi pacifiques et modernes. Vaste programme ! Cet agenda, qui ne date pas d’hier, a présidé à la naissance même de l’Europe communautaire puis à son élargissement précipité et inconditionnel. Les politiques français, mis à part quelques kamikazes marginalisés, sont ses otages stockholmisés.

Pourtant, on a cru voir le bout du tunnel. C’était il y aura bientôt un an, à la conférence des ambassadeurs, le 27 août 2019. Quelques phrases « en clair » du président de la République ont fait croire à une prise de conscience salutaire. Enfin s’annonçait le grand nettoyage des écuries d’Augias, depuis la haute administration jusque dans les couloirs de certains grands groupes nationaux qui abritent des hommes à l’influence « si profonde » qu’ils n’en finissent jamais de mourir et se recasent de cabinets en postes de conseillers « spéciaux » ou « stratégiques » pour poursuivre leur œuvre de sape. Le Président tança une assistance médusée, lui disant qu’« il savait qui ils étaient et qu’il refusait que l’on décide à sa place ». Mais dès le lendemain, il nommait à la Direction des affaires politiques du Quai d’Orsay l’une des figures les plus éminentes du néo-conservatisme français, qui allait faire la paire avec son « collègue » du Département des affaires de sécurité et de désarmement du ministère, et avec tant d’autres. Il avait dû « donner des gages », me dit-on. Ce n’était pas important, cela n’entraverait pas le vent de réforme qui soufflait enfin. Las  ! Le Quai d’Orsay est sous contrôle de l’État profond et le « pouvoir », s’il ne veut pas désobéir et enfin décider, n’est que l’otage consentant d’un système d’hommes – comme on parle de système d’armes – qui tous voient la France comme un dominion et convergent dans une foi qui fait leur(s) affaire(s). Contre l’État et la démocratie. Contre les intérêts de la France et des Français. Ces rouages d’un agenda qui n’est pas celui de l’intérêt national ni général semblent indéboulonnables. On ne les vire jamais, on ne les écarte pas. On n’ose pas. On en a peur. Le jeu des réseaux, des intérêts et des carrières fait le reste. Il faut ruser, ne surtout pas prendre le risque de les démasquer. Alors on les déplace, on les recase dans des instituts de réflexion prestigieux ; on les promeut même, dans une sorte de schizophrénie régalienne. L’État renonce de lui-même à son autorité. Il se ligote en croyant contrôler le système dont il est l’otage. Il n’a plus de colonne vertébrale, il est métastasé par un rhizome hostile dont les éléments n’ont d’ailleurs pas conscience de travailler pour l’étranger. Ils sont parfois même tenus pour de grands serviteurs de l’État. Pourtant, ce sont des vers dans le fruit, des termites aux allures de vers luisants qui lentement mais sûrement, avec la sérénité des grandes machines sûres de leur impunité collective, dénaturent, grignotent, détruisent la conscience même de notre souveraineté. On les fabrique au cœur même de notre propre haute administration d’État, à Sciences Po, à l’ENA. Là, les derniers professeurs qui se risquent à parler d’intérêt national en cours d’administration européenne voient s’écarquiller des paires d’yeux incrédules et des cerveaux lobotomisés pour lesquels cette notion n’a plus aucun sens, ni pertinence à l’heure d’un fédéralisme européen trop longtemps entravé par des peuples ignorants qui ont eu l’audace de voter contre Maastricht ou Nice ! Le fédéralisme pour notre nation-croupion  : voilà ce qui doit enfin advenir ! La perte du sens de l’État par de nouvelles générations de hauts fonctionnaires essentiellement préoccupés de monter rapidement en grade, qui ne croient plus en leur mission fait le reste. La « Secte », ainsi qu’on la surnomme, est un réseau de correspondants pas tous honorables qui convergent pour faire prendre, empêcher ou faire se poursuivre certaines orientations et décisions. Ils partagent une conviction  : il faut mener la France pour son propre bien sur le chemin du renoncement à elle-même. La France n’est plus rien. Dont acte. Elle ne peut plus penser et encore moins agir seule. Elle est petite, faible, atrophiée sans son ancrage européen. Maastricht, Rome 2, Lisbonne : voilà les protections, les armes véritables de la survie  ! La souveraineté n’est qu’une lubie, un péché d’orgueil !

RETROUVER NOTRE SOUVERAINETÉ

Ainsi, tandis que l’État profond américain assume totalement sa volonté de puissance, l’État profond français y a renoncé et se place servilement sous la coupe de son « grand allié ». Les réseaux d’influence américains en France et en Europe sont puissants et anciens. Ils infiltrent depuis des décennies les bureaucraties permanentes militaires, diplomatiques, du monde du renseignement mais aussi économiques, financières, culturelles. Ils ciblent des individus, grâce au Young Leaders Program, à la French American Fondation, au réseau Open Society de George Soros et à bien d’autres. Ils les attirent par des think tanks, des médias, des programmes de coopération universitaire, scientifique et naturellement militaire. Les cibles de ce soft power sont fidélisées avec des commandes d’articles, des études, des conférences, des voyages, des invitations prestigieuses (et juteuses) à enseigner à l’étranger, ou de coups de pouce à des carrières. Les visages de cette opacité sont bien installés, de bon conseil et ont de l’expérience. Ils « font autorité » depuis si longtemps dans l’art de discourir sur le monde, bénéficient d’une présomption de légitimité et rabâchent avec aplomb de prétendues évidences. Leurs rejetons universitaires, « intellectuels », experts, éditorialistes et commentateurs sont eux aussi « des gens sérieux » ayant pignon sur rue, aux pedigrees impeccables ; de vraies « stars » connues par leurs seuls acronymes… On les aide depuis des lustres à construire des parcours qui sont autant d’occasions d’œuvrer à l’indicible agenda qui les anime. L’État profond français est donc tout sauf refoulé. Quand il se sent menacé ou découvert, il se défoule même sur le terreau d’un recul du régalien et d’une crise de l’autorité que rien ne semble pouvoir arrêter. Il chasse en meute et lance des anathèmes en rafale sur les réseaux sociaux contre les quelques personnalités ou simples individus qui osent rappeler que la France n’est pas morte, que le cadavre bouge encore et qu’il faut juste vouloir réagir.

Mais il est grand temps de dire l’indicible. Ces gens œuvrent à l’abaissement national assumé comme une fatalité. Rien de tragique en somme : juste la sortie de la France de la scène du monde ! Regrettable mais irrattrapable. À admettre et transformer en une chance de se porter vers une autre dimension : la fin des nations, des peuples et des États, le nec plus ultra de la postmodernité politique ! On n’est pas à un paradoxe cynique près chez les fakirs de cette eau-là. Plus c’est gros, plus ça passe.

Que faire ? Contre un virus aussi malin et métastasique, il faut une thérapeutique de choc. Il faut cartographier, identifier, désigner et détruire méthodiquement. Neutraliser la capacité de nuisance d’hommes et de femmes dont l’intime conviction et/ou l’intérêt de carrière ou économique leur commandent de ne surtout pas réfléchir à l’intérêt de la France et des Français. Pratiquer un name and shame cathartique, et sortir manu militari tous ces individus d’un système qu’ils ont obstrué, au point que la France est à la dérive et la proie d’un mépris à travers le monde insupportable à tous ceux qui croient encore en ce que nous pouvons être. Il faut qu’existe la certitude de sanctions personnelles lourdes pour quiconque ne mettrait pas en pratique la nouvelle politique étrangère cohérente et ambitieuse indispensable pour notre pays.

Et aussi, expurger de nos cœurs cet esprit de soumission que nous soufflent ces hérauts maléfiques au nom d’un réalisme dévoyé. Pour cela, l’impulsion doit être donnée par la tête de l’État. Il faut donc un chef de l’État incorruptible qui croit à la grandeur de la France, à sa singularité et à la nécessité impérieuse de son indépendance. Un homme qui cesse de bavarder et agisse. Un homme qui ose enfin désobéir et user de son autorité – en l’espèce de son pouvoir de nomination et de limogeage – pour décapiter la gorgone atlantiste qui depuis des décennies paralyse les membres et la tête de notre structure régalienne, détruit la confiance, l’esprit de responsabilité et finalement l’espoir, chez les élites comme chez le peuple. Cela suppose de réhabiliter trois notions cardinales diabolisées : la souveraineté, la puissance et l’influence, au lieu d’y renoncer au prétexte que cette ambition serait hors de notre portée. Nous en avons tous les atouts. Il suffit de le vouloir et de nous doter du kit de survie nationale : courage, cervelle et cœur. Mieux que le masque ! À fournir d’urgence à nos dirigeants.

Si la France était une femme, sans doute comprendrait-on plus instinctivement que l’on ne peut l’aimer sans la respecter, comme une soumise, une enchaînée, un pot de fleurs, un trophée tristement pendu au mur. La France est un être de lumière, libre, indépendant, moderne car souveraine. La souveraineté c’est la vie, et c’est moderne en diable.

*Caroline Galactéros est Présidente de Geopragma

The Covidean Creed (As Agreed at the Unholy Conclave at Davos)

Ian Jenkins

We believe in one Virus, the SARS-COV-2, the Almighty, destroyer of heaven and earth, that is all there is, seen and unseen.

We believe in one Malady, Covid-19, the only son of SARS-COV-2, eternally begotten of the Virus, God from God, Darkness from Darkness, true God from true God, begotten, not made (probably) of one Being with the Virus.

For diseases are they none but the One True Virus and Death comes not without Its presence. Thou shalt have no diseases before the One True Virus. They that die outside the Virus shall not have their passing told unto the people on a quotidian basis in hushed tones, but shall be quietly recorded in obscure tables when the time comes.

Through the Virus all things were unmade.
For us men (and women and all points in between) and for our damnation
It came down from heaven (or maybe from China or Maryland):

By the power of the Holy WHO
It became incarnate from the swirling microbes (or maybe bat soup through immaculate Zoonosis), and was made Pandemic.

For Its sake we were crucified under ongoing Lockdown;
It suffered not death, like unto most it afflicteth, and is never buried in the news.
Though by the evidence that appeareth on those who do pass away or wax sick, it hath waned to almost nought.

On the second wave It rose again
And though few did perish many were tested and lo! Many were deemed infected (probably) and ‘cases’ were they named, though sickness showed they none,
in accordance with the Great Plan;

It ascended into the collective consciousness
and is seated on the right and left hand of all (lest with sanitiser they do anoint themselves five score times hourly)

It will come again in glory, as many times as necessary to convince the living and the dead,
and his mask’d kingdom will have no end, it seemeth.

We believe in the Unholy pathogen, the Lord Rona, the taker of life (for they that are vulnerable), though he passeth the children by,
who proceeds from the laboratory and the test.
With the quest for a Vaccine, the donning of the Holy Mask and with sequestration of the faithful he is worshipped and glorified and Its name kept alive in the minds of all.

It hath spoken through ‘The Science’ and thereafter through the Media, through Potentates and Rulers and through the scriptures of the WEF and of the foundations and think-tanks that do proclaim Its Gospel.

Woe to they who do speak out against the words of the Powers of Covid or their servants, for they shall be anathema and their names removed from the Book of Face and platform shall they have none. One shall they be made with they that aver the Earth to be flat and Conspiracy Theorists shall they be named.

We believe in one unholy Catastrophic and Technocratic Global Church.
We acknowledge one Great Reset for the salvation of all.

We look in vain for the resurrection of Reason, Proportionality and Democracy,
and towards the life of the New World to come.

Amen.

Les anglais ont comme d’habitude un temps d’avance dans la réflexion. Une suggestion :

If the route to elimination and isolation of the vulnerable both cause too much suffering then what next? Practical suggestions have been largely absent amongst the torrent of voices who question the lockdown approach. But some do exist. One such example is the targeted protection advocated by the greenbandredband system. This approach proposes that all adults be given the right to choose whether to class themselves as vulnerable or low risk. No arbitrary lines, just a personal choice based on personal risk assessment. From there very simple rules exist. For those who classify themselves as vulnerable, distancing/protection measures similar to those in place currently would be maintained. The low risk would also follow these rules when interacting with the vulnerable. But where low risk individuals mixed with each other, they would not be bound by distancing rules.

Un député britannique sur la politique sanitaire de son pays, qui ressemble désastreusement à la nôtre, pour le même genre de raisons :

Conservative MP Richard Drax had a letter in the Telegraph on Monday that reflects the growing scepticism among Conservative MPs.

SIR – A major rethink on how we battle coronavirus is urgently needed. Now, we’re far better informed, so locking us all down and destroying more lives and livelihoods are not the answer.

Even when a vaccine is found, it may not grant total immunity. In the meantime, as with every other disease, we must learn to live with it.

The most vulnerable are more than capable of deciding how to protect themselves, while the young need to get on with their lives and enjoy their youth, which passes all too quickly.

Enough of this hourly analysis, which creates an atmosphere of fear out of all proportion to the threat. Our best weapon against the virus, for now, is common sense, not over-reaction, which is devastating our country.

Richard Drax MP (Con)
London SW1